À la conquête du Sahara : 7 000 km à vélo de Paris à Dakar

26 septembre 2023
À la conquête du Sahara  : 7 000 km à vélo de Paris à Dakarfilter

Avez-vous imaginé transporter votre maison sur deux roues à travers les dunes du Sahara ?

Le 21 octobre 2022, après des mois de préparation, Justine et Thomas (@nosjourssurterre) se lancent à travers une aventure folle de 7 mois à vélo entre Paris et Dakar à travers le vent chaud et les paysages dorés qui s’étendent à perte de vue. Ils nous racontent leur périple !

Itinéraire

France

Leur aventure commence sur le Trocadéro à Paris. Leurs premiers coups de pédales sont timides et leurs vélos lourds. Ils se frayent un chemin dans les rues de Paris avec une hâte palpable : quitter la capitale. Rapidement, ils empruntent des véloroutes (la Scandibérique : Eurovélo 3, le Tour de Bourgogne, la Voie Bleue, la Via Rhôna : Eurovélo 17 et la Méditerranée à vélo : Eurovélo 8) et des pistes cyclables, simplifiant leurs itinéraires. Ils ont suivi ces routes sans GPS et ont profité de trajets sécurisés, avançant et appréciant l'été indien. En voyageant à travers la France, ils optent souvent pour le bivouac sauvage lorsque c'est autorisé. Le long des pistes cyclables, ils trouvent aisément des spots pour camper en pleine nature. Cependant, lorsqu'ils en ont l'opportunité, ils frappent aux portes des locaux pour planter leur tente dans les jardins. Cette pratique leur offre l'occasion de belles rencontres et d’apprécier la générosité des Français. Initialement, ils pensaient traverser le pays en deux semaines, mais cette générosité les retient finalement deux mois et demi.

filter

Tunisie

Ils prennent le ferry à Gênes en Italie pour arriver en Tunisie, leur premier pays sur le continent Africain. Bien que le pays soit petit, mesurant seulement 400 km de large, ils ont tout leur temps pour se plonger dans la langue, la culture et la gastronomie qui les ont toujours fascinés. Faire du bikepacking en Tunisie est une expérience différente de celle en France. Ils doivent renoncer aux pistes cyclables, aux boulangeries françaises et à leurs routines habituelles. Toutefois, cela fait partie de leur aventure : s'immerger dans les habitudes et coutumes locales. Ils se retrouvent à rouler le long des routes principales, bien qu'ils privilégient autant que possible les routes moins fréquentées. Fort heureusement, les routes tunisiennes sont bien entretenues, et ils parviennent à dénicher une petite forêt pour camper entouré d'une dense végétation. Durant leur mois en Tunisie, ils ont pédalé seulement 6 jours et ont passé le reste du temps hébergés par des familles tunisiennes chaleureuses qui les ont accueillis à bras ouverts.

filter

Algérie

Ils entrent en Algérie au début de janvier, en pleine saison hivernale. Par malchance, ils roulent dans le pays pendant une grosse semaine de pluie. Malgré la joie que cette pluie apporte à un pays en proie à la sécheresse, cela ralentit leur voyage. Durant cette première semaine, leurs pieds sont constamment trempés et ils bivouaquent dans des forêts sauvages. Cependant, la générosité des Algériens leur permet rapidement de trouver un abri chaleureux presque chaque soir pendant leur trajet de plus de 1000 kilomètres à travers le pays. La plus grande épreuve qu'ils rencontrent en Algérie est le relief. Le poids de leurs vélos, 50kg chacun, rend chaque montée éprouvante. Mais l'altitude leur offre également la possibilité d'admirer les splendides panoramas algériens, entre mer et montagnes. Leur voyage jusqu'à la capitale se déroule sans incident majeur. Cependant, après Alger, des complications surviennent. La gendarmerie les escorte jusqu'à Oran pour des raisons de sécurité, bien qu'ils ne se soient jamais sentis menacés dans le pays. Cette situation perturbe quelque peu leur aventure, mais ne les empêche en aucun cas d'apprécier la beauté de l'Algérie.

filter

Maroc

Soulagés de se retrouver sur les vastes plateaux désertiques du Maroc. Ils optent pour une traversée de l'est du pays afin d'éviter les grandes agglomérations touristiques du littoral, ils bénéficient d'une route unique à suivre quotidiennement, éliminant le besoin d'un GPS. Cependant, cette même route se révèle être un défi pendant deux semaines à cause d'un vent contraire incessant. Bien que les plateaux offrent des vues dignes d'une carte postale, il est difficile pour eux de trouver un abri du vent au coucher du soleil. L'incertitude plane quant à leur lieu de repos chaque soir, mais étant donné l'isolement de leur trajet, ils ne peuvent pas se montrer exigeants. Leur tente Big Agnes Blacktail Hotel 3 résiste admirablement aux vents, parfois forts. Leur passage au Maroc est marqué par des rencontres exceptionnelles. À deux occasions, ils sont hébergés par des nomades arabes et berbères, offrant une immersion profonde dans une culture et un mode de vie distincts, bien éloignés de leur quotidien.

filter

Sahara

Après leur périple marocain, ils s'aventurent dans une région presque déserte : le Sahara. Ils traversent le vaste désert, où parfois 150 kilomètres séparent chaque ville. Confrontés à la chaleur ardente du soleil et se retrouvant là pendant le ramadan, ils doivent faire face à la majorité des établissements fermés en journée et anticiper leurs besoins alimentaires. Toutefois, un vent favorable les pousse sur près de 1000 kilomètres, leur permettant de parcourir des distances journalières de 160 kilomètres, une prouesse avec leurs vélos lourds. Si physiquement la région n'est pas exigeante, avec son terrain plat et une route unique à suivre, le défi est plutôt mental. L'immensité du plateau désertique offre peu de distractions, les confrontant à une solitude et à une monotonie intenses. Leur compagnie mutuelle est un réconfort dans cet environnement austère où leur unique tâche est d'avancer.

filter
Mauritanie

Après avoir traversé le Sahara, ils se retrouvent... toujours dans le Sahara ! Malgré le changement de pays, le paysage demeure inchangé, continuant à refléter le désert. Les villes en Mauritanie sont tout aussi dispersées, mais le simple fait de passer à un nouveau pays renouvelle leur enthousiasme. Ils s'attendent à découvrir une nouvelle culture et cuisine après avoir passé plus de deux mois entre le Maroc et le Sahara. La Mauritanie marque également la transition entre le Maghreb et l'Afrique subsaharienne. Contrairement à leurs habitudes antérieures, ils évitent le camping sauvage en Mauritanie, en grande partie à cause des vents forts et des conseils des autorités. Ils optent plutôt pour des auberges simples, souvent composées de quatre murs avec de couchages posés à même le sol, sans accès à l'eau ni à l'électricité. Cependant, ces refuges leur offrent un abri bienvenu chaque soir. À l'occasion, ils montent leur tente pour apprécier une nuit étoilée sous la lune. Sur la route, la prudence est requise, car les conditions routières en Mauritanie ne sont pas optimales et la conduite locale peut être imprévisible. Ils choisissent également de laisser leurs vélos de côté pendant un certain temps pour explorer davantage l'intérieur du pays et les sentiers Mauritaniens. Parmi leurs découvertes, ils visitent l'oasis de Tergit et montent à bord du train du désert, un train unique qui détient plusieurs records : c'est le plus long, le plus lent et le plus lourd train du monde. Ils vivent même l'expérience inoubliable d'y passer la nuit.

filter

Sénégal

Après avoir traversé le désert, ils arrivent au Sénégal où l'ambiance est radicalement différente. Tout y est animé, la population est dense, les routes sont en excellent état et les Sénégalais, pour beaucoup francophones, se montrent extrêmement accueillants. Après des mois passés dans le Sahara, ils sont enthousiasmés à l'idée d'explorer une nouvelle culture et, notamment, une nouvelle gastronomie ! Avec seulement 260km les séparant de Dakar, ils sentent que la fin de leur périple approche. Ils choisissent les routes côtières, profitant de températures plus clémentes, de la mer, de pauses et balades ensoleillées. Enfin, après 7 mois d'aventure et 7000km parcourus, ils atteignent leur destination tant attendue : Dakar. Ils peinent à réaliser qu'ils ont accompli leur rêve audacieux de relier Paris à Dakar à vélo !

filter
L’aventure en chiffres 
  • 7 mois de voyage  
  • 7 000 km parcourus  
  •  0 crevaisons  
  • 7 pays traversés  
  • 30 680m de dénivelé positif cumulé  
En savoir plus sur Justine et Thomas
Pour le meilleur et pour le pire

Retour sur leur expérience

Pour Thomas, le moment le plus mémorable est sans conteste la nuit passée auprès de nomades, une expérience indélébile où ils dormaient sur des tapis à côté d'une famille nomade. En revanche, son moment le plus éprouvant fut lorsqu'ils se sont retrouvés sans gaz et donc sans réchaud au Maroc, les contraignant à se nourrir pendant plusieurs jours de pain et de semoule réhydratée à l'eau froide.

De son côté, Justine chérit particulièrement l'hospitalité qu'ils ont reçu en Algérie. Une solidarité spontanée s'est établie, avec des familles qui les suivaient sur les réseaux sociaux s'assurant qu'ils ne passent jamais une nuit à la belle étoile. Cette générosité et cet esprit d'entraide l'ont profondément émue. En revanche, ce qu'elle a trouvé le plus difficile, ce sont les longues périodes sans pouvoir se doucher. Bien que cela puisse sembler trivial, après 15 jours à pédaler, à transpirer et avec le sable collant à la peau, la simple perspective d'une douche devient une véritable obsession pour elle.

Bivouac Fly Creek

« Dormir sur des tapis à côté d’une famille de nomades est une expérience gravée à jamais dans notre mémoire. »

Les difficultés du voyage et les zones adaptées

Durant leur périple à vélo, l'une des principales difficultés qu'ils ont rencontrées a été de s'approvisionner, en particulier en eau, dans les régions désertiques. De plus, l'absence de douches sous de fortes chaleurs a entraîné des irritations cutanées. L'accès limité à des informations précises sur certains territoires, comme l'Algérie, les a souvent plongés dans l'inconnu, ajoutant une dimension d'incertitude à leur voyage. Parmi toutes les régions qu'ils ont traversées, la France s'est avérée être la plus propice au voyage à vélo. Les infrastructures bien développées en France ont simplifié leurs déplacements et leurs bivouacs, notamment en termes de ravitaillement et grâce à la présence de véloroutes dédiées.

couché de soleil

La tente Big Agnes utilisée pour leur séjour bikepacking

Durant la préparation de leur voyage de Paris à Dakar, ils ont été confrontés à une question essentielle : quelle tente choisir ? Pour des raisons budgétaires, ils avaient initialement opté pour une tente de randonnée classique deux places, mais cela s'est avéré être une erreur. Ils étaient constamment préoccupés par l'endroit où attacher leurs vélos, et l'espace intérieur était insuffisant pour toutes leurs affaires. Ils ont alors acquis en cours de route la tente Big Agnes Blacktail Hotel 3. Plusieurs critères ont motivé ce choix. Ils souhaitaient une grande abside pour loger leurs vélos pendant la nuit. Bien que laisser les vélos à l'extérieur était une option, la tranquillité d'esprit obtenue en les gardant à l'abri sous la tente était inestimable. Cette abside servait également de coin cuisine en cas de pluie.

Ils ont opté pour un modèle trois places pour plus de confort et pour disposer de suffisamment d'espace intérieur pour toutes leurs sacoches. Malgré sa taille, la tente est remarquablement légère : 3,460 kg ! L'installation des vélos dans la spacieuse abside nécessitait une certaine technique, mais une fois maîtrisée, c'était simple et rapide. La tente a résisté brillamment aux intempéries, et s'est rendue totalement imperméable face aux fortes pluies et aux vents violents.

"La Big Agnes Blacktail Hotel 3 a été un choix crucial dans notre aventure. Sa légèreté, sa robustesse face aux intempéries, et sa grande abside pour protéger nos vélos la rendent idéale pour le bikepacking. " Justine & Thomas
filter

Leur astuce rangement : utiliser un drybag pour la toile extérieure, évitant ainsi d'humidifier l'intérieur en cas de pluie.

Les points positifs : l'espace offert par la tente se distingue clairement ! Elle leur a permis de se sentir "comme à la maison" tout au long de leur voyage de 7 mois. Sa nature autoportante et ses deux entrées étaient essentielles pour leur mobilité.

Les points négatifs : les arceaux étaient un peu longs, rendant difficile leur rangement dans les sacoches de vélo. Cependant, depuis leur voyage, une nouvelle  version  est arrivée dans la gamme avec la  Blacktail Hotel 3 Gray Bikepacking, une tente qui répond mieux aux besoins des cyclistes, notamment avec une housse qui se fixe au guidon et aux arceaux plus courts.

Ajouter à votre liste d'envies
Tente
Rejoignez notre communauté d'aventuriers ⛺

En vous inscrivant à la newsletter Big Agnes vous recevrez des conseils produits, des bons plans, des tips et des idées pour vos prochaines micro-aventures et bivouacs !

En vous inscrivant, vous acceptez notre politique de confidentialité. Vous aurez la possibilité de vous désabonner à tout moment.